samedi 16 mars 2013

MA BEAUTÉ ÉPHÉMÈRE






                                Mes yeux voulaient me voir

                                Curieux de lorgner mon image

                                Aux réflexes d'un miroir

                                Je leur ai balancé mon visage

                                Mes yeux n'ont pas souri

                                En mesurant l'importance

                                D'une mine assombrie

                                Figurée par une existence.


                                La glace qui glace et m'inflige

                                Me disgrâce et me déshabille

                                Dans un face-à-face ne néglige

                                Aucune trace ou un pli

                                Le miroir réfléchit et projette

                                A l’œil la copie exemplaire

                                De rides en sursis qui m’inquiète 

                                La beauté est éphémère.

  
          

                                Mes mains voulaient me rassurer

                                Baladeuse de flatter l'anatomie

                                Dans le jeu d'une psyché

                                J'ai exhibé mon corps sans habits

                                Mes mains et mes doigts

                                Experts et gourmands

                                Sur ma peau flasque par endroits

                                Se sont attardés un instant.



                                 La glace qui glace et m'attriste

                                 Me disgrâce et me dénude

                                 D'un face-à-face réaliste

                                 M'accablent de vicissitudes

                                 Le miroir en éclat me jette

                                 A l’œil la copie exemplaire

                                 De rides fines et secrètes

                                 La beauté s’efface et se perd.


                                 Décidé d'engager un combat

                                 Les lotions ont eu ma peau

                                 Tartinant du haut jusqu'en bas

                                 Des solutions de haut niveau

                                 Des prouesses pas des miracles

                                 Rien n'élimine ni atténue

                                 L'épiderme reste flasque

                                 L'adultération continue.



                                  La glace qui glace, est m'inflige

                                  Me disgrâce et me déshabille

                                  Dans un face-à-face ne néglige

                                  Aucune trace ou un pli

                                  Le miroir réfléchit et projette

                                  A l’œil la copie exemplaire

                                  De rides en sursis qui m'inquiète

                                  La beauté est éphémère.



                                  Le temps passe et s'enfuit

                                  L'emprunte reste et demeure

                                  Et la distance d'une vie

                                  Contraste formes et couleurs

                                  La réalité gomme la texture

                                  Mon regard considère la valeur

                                  Au miroir qui me défigure

                                  Ma jeunesse s'enlaidit se meurt

                                  La beauté reste dans le coeur.



                                  La glace qui glace et me définit

                                  Me disgrâce et me libère

                                  Le face-à-face est accompli

                                  La beauté est éphémère

                                  Le miroir en effet rétro vise

                                  A l’œil la copie exemplaire

                                  Des rides que le charme harmonise

                                  La beauté s’efface et se perd.



                                                                                           M  PIERRON



Copyright © M. Pierron

certificat : 000568365

 




                                         

 

2 commentaires:

Christian BAILLY a dit…

Un superbe poème sur le temps qui passe sur notre carcasse...
La vie est cruelle, que jeune elle nous fait beau, pour mieux nous enlaidir... Mais pour ceux qui savent, comme toi, de la beauté perdue à l'oeil on gagne en beauté de l'âme... la preuve en ces mots. Merci Michel !
Christian

Danielle DROUET a dit…

superbe poème sur le temps qui passe mais dans toi tu reste toujours le même ce se qui compte et on t'aime pour ça