mardi 28 janvier 2014

LA MISERE



                                Cachée sous ses haillons de tristesse

                                La pauvreté en lambeaux de douleurs

                                Couvre derrière un sanglot de détresse

                                Une misère empiffrée de malheurs.



                                Solitaire, elle foule le pavé de la rue 

                                Se couche la nuit sur les trottoirs

                                Affublée en guenilles et vieux tissus

                                Elle rampe affamée de désespoir.



                                Lugubre sous son voile infortuné

                                Elle gifle les âmes les plus fébriles

                                Se vautre impartiale dans la pitié

                                Écrasant le rêve devenu immobile.



                                Nourrie d'angoisse,sa lourde peine

                                S'essouffle d'une muette colère

                                Et le chagrin de mauvaise haleine

                                Va cracher miséreux son glaviot amer.



                                Au visage, une larme qu'elle essuie

                                Meurs son regard difficile de sourire

                                Quand les bienfaits jetés dans l'oubli

                                Ne laisse que l'espoir pour mourir.



                                                    M  PIERRON







mercredi 22 janvier 2014

EFFIGIE




                            Elle se lève oubliée dans un parc désert

                            Le piédestal plongé dans l'eau d'un bassin

                            Qui depuis des temps le corps découvert

                            Mire dans l'onde le reflet de son féminin.



                            Toujours debout, le tronc inerte et froid

                            Une jambe affranchie, l'autre dévêtue

                            Offre chaude beauté sublimant à la fois

                            La douceur antique de sa cuisse nue.



                            Le regard profond autant de charme figé

                            Dans un visage, deux lèvres en alignements

                            Sur une bouche que le silence à sculpté

                            Ne laissant nulles paroles et balbutiements.




                            Une vie immobile dans les ourlets du temps

                            Ivre solitude entre les joncs parmi les fleurs

                            Seul un feuillage si peu bercé par le vent 

                            Ose geindre quelques éclats d'humeurs.



                            Elle est belle reine de pierre immortelle

                            Séculaire, mais sans changer d'expression

                            Sous le ciel, elle se dresse l'inflexible éternelle

                            Même sans jamais bouger dans sa position.



                                                           M PIERRON


                             


                   



                      

        



mardi 14 janvier 2014

GRAIN DE BEAUTE

 




                                            Je me présente comme un petit point

                                            Je ne suis peut-être pas le plus beau

                                            Souvent discret caché dans un recoin 

                                            Je suis minuscule grain sur la peau.



                                            Audacieux, je vis sous la dentelle 

                                            Dans les endroits les plus intimes

                                            Sur une cuisse sous une aisselle

                                            Toujours au chaud, je le confirme.



                                            En fine touche là où l'on me désire

                                            Sur un visage au bord d'une bouche

                                            Grain de charme en point de mire

                                            Où dans un air de sainte-nitouche.



                                            Sur un nu, mon aspect se dessine

                                            Je me régale sur une douce fesse

                                            Sur le galbe d'une jolie poitrine

                                            Je plais on me nourrit de caresses.



                                            Je suis quelques fois difficile à voir

                                            Unique sous des poils me dissimuler

                                            Une vie entière étouffée dans le noir

                                            On me devine petit grain au toucher.



                                            En fine touche là où l'on me désire

                                            Sur un visage au bord d'une bouche

                                            Grain de charme en point de mire

                                            Ou dans un air de sainte-nitouche.



                                            Grain de peau sur le bord de la joue

                                            Je me satine en l'élégance féminine

                                            Sur le basané doré d'un profil doux

                                            Bistré, j'excelle une coquette mine.



                                            Ainsi sensible suis point de décor

                                            Sollicité par la moisson des regards

                                            Qu'on me lorgne encore puis encore

                                            Suis le grain que vous trouvez bizarre.



                                            En fine touche là où l'on me désire

                                            Sur un visage au bord d'une bouche

                                            Grain de charme en point de mire

                                            Où dans un air de sainte-nitouche.



                                                                  M PIERRON



           Copyright © M. Pierron

               certificat : 000568365     

                                            





                       


mercredi 8 janvier 2014

RUE DE LA TOUR

                                                




                                            Ils ont des années ces mûrs de pierres

                                            Sous leur toit de tuiles rouges ou grises

                                            Ils se posent alignés, tel sur la terre  

                                            De front inégale, les maisons se rivalisent 

                                            Leurs ombres furtives couvrent le par terre

                                            Au silence de ces intervalles qui les divisent.



                                            Certaines l’œil fuyant et l'ossature avachie

                                            Outragées par les supplices des saisons

                                            Souffrent meurtries, les visages usés de vie

                                            Et leurs faces désolées infinie d'abandon 

                                            Laissent sous un vieux lierre qui les envahit

                                            Apparaître quelques morceaux de leur pignon.



                                            Le dédale de la rue et son petit trottoir

                                            Convaincs le temps autrefois consommé

                                            Que son pavé passé lézardé d'histoire

                                            Se débordait sans cesse d'être piétiné

                                            De pas pauvres où de pieds notoires

                                            Au talon nourri accusant le caillou de gré.



                                            Comme une rue promenant ses passants

                                            Sur son dallé allant le long des murailles

                                            La galoche écorchée, le sabot claquant

                                            Poussaient jadis l'écho dans les entrailles

                                            Silencieuses de la rue où chaque instant 

                                            Offrait un bouquet de bruit sur la rocaille.



                                            La pierre est déserte les usagers ne sont plus

                                            Je marche dans l'abandon du faubourg

                                            Les pas confondus et leurs bruits se sont tus

                                            Sur le pavé d'antan harcelé, tous les jours

                                            Ci-gît sous mon pied une fébrilité disparue

                                            Qui fut autrefois noble dans la rue de la tour.



                                                                        M PIERRON


                                   

 Copyright © M. Pierron