mercredi 20 avril 2016

COLLECTION TOM I ET II




                                           Collection TOM   1, 2



                                         AMOUR & TENDRESSE


                                          96 pages poétiques en vente ici

                                ( Pour l'achat cliquez sur le lien ci dessous)

                                   http://www.thebookedition.com/fr/amour-tendresse-p-136526.html?search_query=Amour+%26+Tendresse&results=1




                                               L'ECHO DES RIMES


                                      57 pages poétiques + illustrations en vente ici


                             (Pour l'achat cliquez sur le lien ci dessous )        

                                  http://www.thebookedition.com/fr/l-echo-des-rimes-p-340562.html?search_query=L%27ECHO+DES+RIMES&results=1


                                   REMISE  SUR L'ACHAT DE L'ENSEMBLE
                                           En savoir plus contact : michelpierronauteurpoete@gmail.com



mardi 12 janvier 2016

TON CHEMIN











                                            Comme ces chemins égaux sont différents
                                            Souviens-toi !! Que ton destin est inconnu
                                            Si même va ton âme libre d'un pas lent 
                                            Le temps fuit le présent que tu as parcouru.

                                            Longue peut être aussi éblouit de lumière
                                            Ta vie est un sentier au croisé d'une route 
                                            Le pied allant impossible retour en arrière
                                            Tu suis la voie sans une ombre et un doute.

                                            A l'aube éblouissante,tu ramasses la joie
                                            Dans le sillon naissant du nouveau jour
                                            Ton esprit baigne et ton cœur se noie
                                            Dans l'immense splendeur qui t'entoure.

                                            Chaque instant, tu avances sous les cieux 
                                            Respirant l'éther vital dans tes poumons
                                            Et la beauté du monde te rempli les yeux 
                                            De la couleur éternelle de ses rayons.

                                            En cette expansion de douceurs infinies
                                            Tu arpentes les minutes escalades les heures
                                            Sur les parois vertigineuses de ta vie 
                                            Tu jettes de la tendresse dans ton bonheur.

                                            A la lisière du temps s'enfuit ton chemin
                                            Les ans sous ton pas les traits sur ta figure
                                            Parce que l'avenir dans les lignes de ta main 
                                            A prédit la fin certaine de ton aventure. 

                        
                                                                                       M. PIERRON
                 


http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php












lundi 30 novembre 2015

ELLE ÉTAIT SI JOLIE





                                    Elle était si jolie et ses yeux dominants
                                    Offraient vainqueurs l'ineffable douceur
                                    Je voyais pur que le bonheur naissant
                                    En son âme s'épanouissait telle une fleur.

                                    Sur ma joue elle usait infini son regard
                                    Ne laissant nul mots briser nos silences
                                    Nuls espoirs s'échouer tristes et hagards
                                    Seul en son cœur un feu de concupiscence.

                                    Elle étais rose sur son pétale de velours
                                    Au long de sa tige j'étais son épine
                                    Notre printemps doux était fleuri d'amour
                                    Notre jardin embaumé de tendresse divine.

                                    Mes sentiments réchauffaient ses désirs
                                    Sous son sein lourd palpitant d'émoi
                                    A ma bouche sa lèvre régalait mon plaisir
                                    Son haleine je buvais chaude et douce à la fois.

                                    Elle était si jolie avec l'azur dans les yeux
                                    A l'heure où son sourire se pendait à mon cou
                                    Si forte notre extase sous nos fronts heureux
                                    Elle était si jolie sa tête posée sur mes genoux.


                                                                       
                                                                                 M. PIERRON

http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php
                                 

mardi 24 novembre 2015

L'HIVER AU MARKSTEIN





                                       Une brume légère opacifie l'horizon
                                       Dans le silence par ces lieux désolés
                                       Mon pas lourd au penchant du vallon
                                       S'essouffle sur les sentes enneigées.

                                       Plus haut encore dans l'épais frimas
                                       Par ces heures blanches matinales
                                       Je respire dans chacun de mes pas
                                       La douceur de ce froid hivernal.

                                       L'abondance ouatée a couronné les bois
                                       Et la solitude a creusé les chemins
                                       Quelques bruits m'effrayent parfois
                                       Puis tout se tait dans cet hiver sans fin.

                                       Le clapotis incessant d'un filet ruisselant
                                       Qui naturellement naissant sous la terre
                                       M'offre l'infini refrain de son jet fuyant
                                       Sinueux entre la mousse et les pierres.

                                       Immense beauté de ces hauts alsaciens
                                       Aussi, je poursuis plus loin mon aventure
                                       Vers la froide altitude de ce massif vosgien
                                       Entre l'ombre, la lumière et l'air pur.

                                                                               M. PIERRON


http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php

mercredi 18 novembre 2015

LES FENÊTRES



                                     
                                         Il y a des fenêtres qui portent des rideaux
                                         Quand vu de l’extérieur aux yeux indiscrets
                                         Elles cachent intime derrière leurs carreaux
                                         Un intérieur et tous leurs petits secrets.

                                         Parées en longues étoffes ou fins voilages
                                         Jamais ne laissent rentrer l'indiscrétion
                                         Seule la lumière pénètre le vitrage
                                         Pour éclabousser l'ombre dans la maison.

                                         Il y a des fenêtres qui sont toutes dévêtues
                                         Qui ouvrent leur intérieur sur l’extérieur
                                         Déparées, sans plus aucun tissu
                                         Exaltent impunément l’œil inquisiteur.

                                         Parfois ouvertes, elles laissent s’évaporer
                                         Les bruits familiers et les joies vers l'azur
                                         Les mots s'envolent et se font attraper
                                         Par l'ouïe passagère qui les capture.

                                         Il y a des fenêtres derrière leurs volets
                                         Que l'on ne peut lorgner ni apercevoir
                                         Avec leurs tulles dans le noir complet
                                         Ne laissent à la vue pas une ombre choir.

                                         Dans la fin du jour envahie de lumière
                                         De fins voiles dissimulent l'intimité
                                         Derrière sa fenêtre, l'impudeur entière
                                         Offre au passant son intérieur et sa beauté.


                                                                             
                                                                                 M. PIERRON

http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php

                                              Copyright © M. Pierron
                      certificat: 000568365   

dimanche 15 novembre 2015

13 NOVEMBRE 2015




                                 C'est pourtant un soir sur le bord de la nuit
                                 Que sur l'infâme destin leurs rêves se sont tus
                                 Et l'ombre sous leurs paupières a tressailli
                                 Supprimant la lumière qu'ils ne verront plus.

                                 Ils étaient hommes femmes libres comme toi
                                 Avec pour seule et unique arme l'innocence
                                 Seule défense l'amour seul combat la joie
                                 Avant qu'ils ne sombrent dans l'infini silence.

                                 Leur jeune âge brillait dans leur cœur
                                 Paisible la vie éblouissait leurs yeux
                                 Et leurs âmes penchées sur le bonheur
                                 Jetait sur le temps leurs jours heureux.

                                 C'est pourtant un soir que tout s'est arrêté
                                 Que la haine a violé leur paix par rafales
                                 Et les tirs sans pitié exécutant leur liberté
                                 Ont laissé inerte leur vie criblée de balles.

                                 Ils étaient êtres chers frères parents ou sœurs
                                 Quelle angoisse sous ce ciel quand la vie s'en va
                                 Grande est la peine immense la douleur
                                 Lorsque la réalité n'est plus au bruit d'un pas.


                                                                        M.PIERRON

http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php

lundi 26 octobre 2015

JE NE VOUS DIRAI PAS TOUT





                                           Je vous avouerai que sensuelle est sa voix 
                                           Que les mots qu'elle pose sur ses silences
                                           Sont des éclats d'échos, des morceaux de joie
                                           Une émotion dans un flot de confidences.

                                           Que sa bouche et ma lèvre qui l'effleure 
                                           Reste un instant purifié de plaisir
                                           Que ses sentiments ont capturé mon cœur
                                           Que fidèle sont nos mains sans se désunir.

                                           Mais je ne vous dirai pas ma joie intense
                                           Tous ses désirs blottis entre mes bras
                                           Je ne vous dirai pas tout ce que je pense
                                           De nos regards qui se parlent tout bas.

                                           Je vous livrerai en secret mes mystères
                                           Les traits chéris qui séduisent son visage
                                           Le feu de son désir et ses douces chimères
                                           Je vous livrerai le miroir de son image.

                                           Je vous raconterai immense est sa tendresse
                                           Quand fort mon amour s'appuie contre le sien
                                           Que son sourire se reçoit comme une caresse
                                           Et que son cœur s'enlace autour du mien.

                                           Mais je ne vous dirai pas mon essentiel
                                           Tous ses désirs blottis entre mes bras
                                           Je ne vous dirai pas qu'elle est mon ciel
                                           Que le bonheur glisse sous nos pas.


                                                                                M. PIERRON



http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php


vendredi 23 octobre 2015

LUMIERE



                                Puisse baigner le monde de son effervescence

                                Fissurant l'ombre d'une immense illumination 

                                Mon œil que pénètre son vif éclat de silence 

                                M'offre infinie la douceur de son effusion.


                                L'abondance glisse dans le berceau de l'humanité

                                Comme toute sa splendeur rayonne sur la terre

                                Et sur mon pâle teint va l'indicible volupté

                                Déposer les légers reflets de sa tendre lumière.


                                La nymphe lumineuse jusqu'au bord des cieux 

                                Couchée sur l'horizon se lève douce sur l'aurore

                                Et la clarté féconde de son frisson radieux

                                Envahit l'empyrée, l'obscurité s'évapore.


                                Dans cet espace incandescent sous l'azur

                                La terre éclaboussée de lumière s'embellie 

                                Palpite en mon âme les chauds murmures

                                Quand l'univers verse du ciel, ses rayons de vie.


                 

                                                                         M.PIERRON   



mardi 13 octobre 2015

VOS MAINS



                                      Vos mains sont tendres comme l'amour

                                      Vos pâles paumes galbées de tendresse

                                      Idéales, ruisselle le charme sur leur contour

                                      Vos mains sont remplies de caresses.


                                      Vos mains douces exquises sont la joie

                                      L'âme de vos pensées, le jeu de vos désirs

                                      Voluptueuses fines jusqu'au bout des doigts

                                      Vos mains qui me sentent que je respire.


                                      Sensuelles que vos mains sont gracieuses

                                      Quand chacun de vos doigts si fragiles

                                      Gestes légers, quelques fois baladeuses 

                                      Vos mains sur ma peau sont habiles.


                                      Mystérieuses, vos mains sont suprêmes

                                      Elles sont l'instant sublime qui m'effleure

                                      Vos mains que j'écris comme un poème

                                      Et que je serre contre mon cœur.


                                      Ainsi chaudes par les miennes enlacées

                                      Je baise vos mains affectueuses et tendres

                                      Sous mes lèvres, vos mains embrassées

                                      Je les prends pour ne plus vous les rendre.


                                                                 M. PIERRON 


       Copyright © M. Pierron


                         certificat: 000568365                 

jeudi 8 octobre 2015

LE PETIT BANC DE BOIS





                            Ô combien d'âmes en délicates joies 

                            Ont versé sur leurs plus tendres sentiments

                            Leur amour, assis sur le petit banc de bois

                            Les cœurs chauds enlacés infiniment.


                            Ils sont venus asseoir leurs douces fesses

                            Comme ces amants discrets et solitaires

                            Savourant leurs mots et leurs caresses

                            Les lèvres jointent à ne plus se défaire.


                            Par les soirs sous les vapeurs estivales 

                            Ils ont posé sur le petit banc leurs yeux 

                            Ne laissant nulle place ni intervalle

                            A tout inconnu ou d'autres amoureux.


                            Ils ont bu leurs souffles sur des baisers doux

                            Unissant leurs mains et croisant leurs doigts

                            Le bonheur si grand coulant sur leurs joues

                            Leurs désirs blottis sur le petit banc de bois.


                            Ils se sont aimés jusqu'à n'en plus finir

                            Respirant superbe leur voluptueuse beauté

                            L'émoi triomphant sur leurs doux soupirs

                            Dans l'étreinte de leurs bouches régalées.


                            Ô combien d'âmes en leurs délicates joies

                            Le bonheur sur leurs visages de miel

                            Ont laissé sur le petit banc de bois 

                            L'ultime odeur de leur amour sensuel.


                                                                  M. PIERRON

                   Copyright © M. Pierron


                         certificat: 000568365                     

mardi 29 septembre 2015

L'AUTOMNE EN ALSACE






                                         Ainsi vais-je par les sentes solitaires

                                         Ecouter le silence de l'été qui expire

                                         Sa dernière lueur chaude dans l'air

                                         En éclat de douceur va bientôt mourir.


                                         Vallons et ravines dans les aubes pâles

                                         La saison apporte son premier frimas

                                         Et sur l'ombre des heures va son long râle

                                         Écourter les jours sans bruit ni fracas.


                                         Je pose le pied dans le matin frileux

                                         L'automne est là froissant la feuille

                                         Sous les lambeaux d'un vent vigoureux

                                         Dépouillée, la nature nue est en deuil.


                                         J'entends ses sons et ses murmures

                                         Son souffle au plus profond des bois

                                         Même sur le plus petit brin de verdure

                                         L'humeur automnale jette son froid.


                                         Plaine et monts, je foule l'herbe froissée

                                         Des versants jusqu’aux coteaux Alsaciens

                                         Le regard ébloui de rouge au jaune coloré

                                         La fraîche rosée perlant mes escarpins.



                                                                             M. PIERRON



        Copyright © M. Pierron


                         certificat: 000568365             


mercredi 5 août 2015

JE VOUDRAIS LUI DIRE





                               J'imagine mes sentiments sur une page

                               J'écris la saveur de son corps

                               Les traits sont fins pour son visage

                               Dans mon dessin que je colore.


                               Autant de mots, je désirais lui écrire

                               Mon cœur n'a pas osé

                               Ecouter la tendresse de son sourire

                               Et le silence de ses pensées.


                              Je voudrais lui dire mes sentiments d'aimer

                              Oser l'inaccessible mon cœur contre le sien

                              Juste quelques mots d'amour dans un baiser

                              Faire que notre désir soit notre lien.

                              Je voudrais lui dire que rien est impossible

                              Que chaque instant peut être une éternité

                              Lorsque les regards se touchent indivisibles

                              Faire de l'amour le rêve de la réalité.


                              Mais laisser s'échapper le bonheur

                              Je ne peux le concevoir

                              Que ma raison s'appuie sur sa douceur

                              Et le désir sur mon espoir.


                              Je ferais tout pour avoir en retour

                              Une place entre ses bras

                              Donnerais la joie lui offrirais l'amour

                              Pour vivre dans ses pas.


                              Je voudrais lui dire mes sentiments d'aimer

                              Perdre l'équilibre, tomber dans son destin

                              Juste quelques mots d'amour dans un baiser

                              Que le plaisir soit maître de nos mains

                              Je voudrais lui dire immense est sa lumière

                              Dans sa sensualité, mes émotions sont enlacées

                              Que les silences secrets sous ses paupières

                              S'enroulent autour de mes pensées.


                              J'irais sur sa bouche poser ma douce fièvre

                              Boire toutes ses ardentes vertus

                              Mes morceaux d'amour au bord de ses lèvres

                              Que j'ai laissé et ne reprendrai plus.


                              Je voudrais lui dire mes sentiments d'aimer

                              Oser l'inaccessible son coeur contre le mien 

                              Juste quelques mots d'amour dans un baiser

                              Faire que le désir soit notre lien

                              Je voudrais lui dire mes sentiments d'aimer

                              Que le plaisir soit maître de nos mains 

                              Juste quelques mots d'amour dans un baiser

                              Que le bonheur soit l'aube sur nos matins.



                                                                      M.PIERRON

        Copyright © M. Pierron


                                         

lundi 20 juillet 2015

A UNE DAME



                               

                               Vos yeux clairs ont tant de choses à dire

                               Et leur profond silence de bleu azur

                               Soulève dans votre regard que je respire

                               Le reflet humble de votre âme pure.


                               Votre sourire épanoui va triomphant

                               Fleurir votre lèvre chaude et sensuelle

                               Et mon désir aussi fort demeurant

                               Use de votre argutie charnelle.


                               Votre coeur battant est rempli de mystère

                               Le charme sur la tendresse que je bois

                               Reflète votre figure et m'offre sincère

                               La satiété d'une délicieuse joie.


                              Ingénu votre parfum candide et délicat

                              La douceur s'enivre de votre pâle sein

                              Qui se dresse narguant tel un appât

                              Dans son doux cocon de satin.


                              Votre bouche à des paroles exquises

                              Et vos mains leurs gestes gracieux

                              Ample vertu que votre grâce aiguise

                              Quand l'amour à la couleur de vos yeux.


                              Heurtant le front sur des rêves tendres

                              A vos silences, je confie mes espoirs

                              Saurez-vous mes mots les entendre

                              Leurs échos sauront ils vous émouvoir.



                                                                 M.PIERRON


                 Copyright © M. Pierron



                         certificat: 000568365                 

dimanche 28 juin 2015

LE VIOLONISTE



                                L 'archet coule son mélodieux scherzo

                                Au rythme sensible de sa main artiste 

                                Le revers plaintif d'un lancinant vibrato

                                Soupir sous le doigt maître du violoniste.


                                La rumeur sur les cordes de son violon  

                                S'abreuve par des sanglots de musique

                                Et la complainte l'ennoblit d'émotions

                                Dans La Douceur des fusions acoustiques.


                               Par son noble chant submergé de joie

                               La note s'évapore et son timbre se fige

                               Poussant l'accord dans un état d'émoi

                               Et Que la passion du violoniste inflige.


                               Suraigu ainsi s'élève l'écho vertueux

                               Quand le silence suffoque et se brise

                               Dans l'allégresse des sons mis en jeu

                               La musique et le Bonheur s'harmonisent.


                                                                            

                               

                                

samedi 20 juin 2015

L"ETE





                                   L'été souffle ses chaudes vapeurs

                                   Aux reflets clairs étouffant l'horizon

                                   La nature dans ce bain de splendeur

                                   Fleurie les pâquis, mûrie les moissons.


                                   Tout est parfum de fleur tout est fruit

                                   Ravissements de bruits et éclats de joie

                                   Par monts et campagnes,sentes fleuries

                                   L'été verse sa clarté sur l'ombre des bois.


                                  Juin les hautes herbes sous les cieux

                                  En la verte parure où je suis allongé

                                  La douce plénitude me ferme les yeux

                                  L'âme éblouie, le coeur ensoleillé.


                                  Chaviré par ces suprêmes instants

                                  Mon bonheur s'étend dans la verdure

                                  Les doux aveux d'un aquilon rayonnant

                                  Penchée à mon front glisse sur ma figure.


                                  Tout est frémissant tout est tendre et absolu

                                  En fête, la nature semble épouser la terre

                                  Suivant ces longs chemins bordés de vertus

                                  Je déguste les bienfaits qui me sont offert.


                                                                        M. PIERRON















                                 

samedi 6 juin 2015

LE BAISER





                                      Quand ma lèvre ose épouser ta bouche

                                      Au désir fragile d'un baiser brûlant

                                      Que chaude ton haleine me touche

                                      A notre croyance nos coeurs s'unissant.


                                      Je bois le reflet de ta pleine ardeur

                                      Sous ton regard, mes yeux te respirent

                                      Ta lèvre inondée d'une vive douceur

                                      M'émeut et son délicieux soupir.


                                      J'embrasse le silence de ta volupté

                                      Ton coeur sur le mien, l'instant réjoui

                                      Tu retiens contre toi le bonheur charmé

                                      La paupière mi-close, l'oeil dans l'infini.


                                      Peux-tu tendrement aimer le baiser

                                      Sur ta lèvre fine débordée d'amour

                                      Que le sentiment secret est venu poser

                                      Laissant la tendresse mordre le contour.



                                                                                       M. PIERRON


      Copyright © M. Pierron


                         certificat :  000568365