samedi 16 mars 2013

PROMENADE SOLITAIRE






                             D'un pas souple, elle progresse sa cadence

                             Sur un rythme de gestes répétés 

                             Ses hanches roulent ses bras se balancent

                             Sa marche d'une allure modérée

                             Soumets aux jambes qui s'élancent

                             L'effort qui en toute simplicité

                             Consomme le temps et la distance.



                             Son pied se pose sur un sentier de bois

                             Assurant sur une terre de pluie

                             L'empreinte successive du pas sous son poids

                             Sous le feuillu d'arbres infinis

                             Le silence harmonise au gré de sa loi

                             Les bruits divers de feuilles et de gazouillis

                             Qu'elle ouï et l'effraye parfois.



                             Sous cet azur serein et sympathique

                             Elle s'engage dans un étroit travers

                             Ralentissant son avancée frénétique

                             Elle achemine sans nulle autre manière

                             L'arpent sinueux et chaotique

                             Dont l'issue se boucle sur une clairière

                             Aux tissus verdoyants mais désertique.



                             Cet espace isolé à l'abri des regards

                             L'apaise dans la décision de son choix

                             Elle s'élance plus rien ne la sépare

                             De cet intervalle dissimulé des bois

                             D'un pas ferme sans écarts

                             Ayant élu la discrétion le soleil à la fois 

                             Elle se pose à cet endroit de hasard.



                             Allongée sur la douce matière

                             D'un couvre-sol soigneusement étendu

                             La chevelure jetée en arrière

                             Elle s'exhibe sans aucune retenue

                             Faisant glisser la robe entière

                             L'intimité intégrale de son nu

                             Sous un ciel dessiné de lumière.



                             En ce lieu de solitude et d'exil

                             Les rayons d'un soleil zénithal 

                             Sur son corps velouté et gracile

                             Offre le plaisir d'un effet estivale

                             Aiguisant vive sa chaleur subtile

                             Sur l'exubérance profuse optimale

                             De ses douce formes et son joli profil.



                             Promenade un dimanche sous juillet

                             Avec pour seule et unique complainte

                             Le susurrement invisible de la haute forêt

                             D'un pas léger acceptant la contrainte

                             Elle quitte l'univers sauvage à regret

                             Laissant la marque de son empreinte

                             Sur les herbes innocentes de juillet.



                                                                                      M  PIERRON



Copyright © M. Pierron

certificat : 000568365



Aucun commentaire: