lundi 8 avril 2013

SYMPHONIE PRINTANIERE




                              La voix de l'hiver sur l'accord des saisons

                              Tais ses longs murmures austères

                              Quand l'aube naît parcourue d'un frisson

                              A l'ébauche d'une haleine printanière



                              Un ciel encombré mars ennuyé de pluies

                              En supplices du temps gémit de frimas

                              L'horizon s'échappe et l'aurore s'enfuit

                              Dans la douceur d'un nouveau climat.



                              Chaque soupir est une renaissance

                              Au verger fleuris et Muguet aux bois

                              C'est un langage de bruits et silences

                              Quand mai s'écrie en éclats d'émois.



                              Épanouie de feuille éclose de fleur

                              La nature défroisse sa robe de dentelle

                              Sous un zéphyr exalté de senteurs

                              Sa réplique diffuse sa clarté naturelle.



                              Les reflets tièdes et sa traîne opaline 

                              Adoucissent le matin écaillé de lumière

                              Et le jour vagabonde la terre s'illumine

                              Sous les vapeurs voluptueuses printanières.


                                                                             M  PIERRON




Copyright © M. Pierron






Aucun commentaire: