samedi 23 novembre 2013

LUCIE






                                 Elle exprimait en secret sous sa jupe blanche

                                 La pudeur ingénieuse de ses fiers contours

                                 Enroulant d'insolence le jeu de sa hanche

                                 Le flanc chaud de désir d'appel en amour.



                                 En ce temps-là Lucie me versait ses yeux

                                 J'usais ma joie fidèle à suivre ses jupons

                                 Nous avortions des heures sous les cieux

                                 A brûler nos envies et vivre nos émotions.



                                 Ainsi nous, allions par les chemins verts

                                 Le pas élancé l'extase à nos fronts rustiques

                                 Cueillir en douceur nos fugaces chimères

                                 Prenant appui sur nos pensées idylliques.


               

                                 Complices l'espoir chevauchait le bonheur

                                 J'aurais arrêté le temps bien précisément  

                                 Quand Lucie chaud dans mon cœur

                                 Versait l'intégralité de ses sentiments.



                                  En ces heures choisit à l'orée des taillis

                                  Nous étions seuls à l'abri du passage

                                  Lucie éclaboussait ses formes resplendies

                                  M'offrant sublime le nu sous son corsage.



                                  J'aurais hurlé afin que ne cesse le festin

                                  Et que ne s'éteigne ce morceau de jour

                                  Quand ma lèvre avide respirait son sein

                                  Se gavant de chaleur sur sa peau de velours.



                                  Lucie etait heureuse je l'étais avec elle

                                  La saveur de sa bouche je l'avais cueilli

                                  Et notre plaisir coulait en illusions nouvelles

                                  Mais nos pas dans le temps ne se sont pas suivis.



                                                                      M PIERRON

      

3 commentaires:

Christian BAILLY a dit…

Un très beau poème qui ne me laisse pas, une fois de plus, indifférent...
Dommage pour Lucie qui n'a pas suivit tes pas... sourire
Amitiés
Christian

jean-françois de neck a dit…

Très belle romance, joyeuse et triste à la fois !
Bisouilles Michel .. (tu pourrais le poster dans la comm ?!)

Dominique Calmels a dit…

Oh Michel comme elle est belle ta poésie ! Quelle force et quelle douceur à la fois ! Tu m'as embarquée dans cette rêverie et je voyage grâce à toi !!! Merci de m'offrir ces vers qui me permettront de trouver le sommeil ! C'est magique dans ce monde matériel ! Encore merci Michel de m'avoir acceptée parmi tes amie(s) !