dimanche 15 novembre 2015

13 NOVEMBRE 2015




                                 C'est pourtant un soir au bord de la nuit
                                 Que sur l'infâme destin leurs rêves se sont tus
                                 Et l'ombre sous leurs paupières a tressailli
                                 Supprimant la lumière qu'ils ne reverront plus.

                                 Ils étaient hommes femmes libres comme toi
                                 Avec pour seule et unique arme l'innocence
                                 Seule défense l'amour seul combat la joie
                                 Avant qu'ils ne sombrent dans l'infini silence.

                                 Leur jeune âge brillait dans leur cœur
                                 Paisible la vie éblouissait leurs yeux
                                 Et leurs âmes penchées sur le bonheur
                                 Jetait sur le temps leurs jours heureux.

                                 C'est pourtant un soir que tout s'est arrêté
                                 Que la haine a violé leur paix par rafales
                                 Et les tirs sans pitié exécutant leur liberté
                                 Ont laissé inerte leur vie criblée de balles.

                                 Ils étaient êtres chers frères parents ou sœurs
                                 Quelle angoisse sous ce ciel quand la vie s'en va
                                 Grande est la peine immense la douleur
                                 Lorsque la réalité n'est plus au bruit d'un pas.


                                                                        M.PIERRON

http://www.copyrightfrance.com/phtml/p_logo1.php

4 commentaires:

Dominique Brené a dit…

J'en ai la chair de poule
beau texte
.merci

jean-françois de neck a dit…

Sans commentaires, je partage !

flipperine a dit…

une pensée, une prière pour toutes les victimes et leur famille

Danielle DROUET a dit…

Michel ton texte , tes mots sont sans commentaire tellement bien dit , les larmes me viennent aux yeux merci grand poète de ta pensée pour cette ignominie
qui malheureusement continue , les gens sont fous irresponsables merci a toi