mercredi 13 mars 2013

DEPORTATION






                            Embarqué sans connaître son sort

                            Savoir si demain portera la lumière

                            Dans un espace interdit de confort

                            Les mains jointent les genoux à terre

                            Suppliant en gestes un Dieu qu'il implore

                            Espérant le miracle dans une ultime prière.



                             Acheminement d'un aller sans retour

                             Séparé des siens et de ses êtres chers

                             Dans le cahot infernal de ce long parcours

                             Les wagons de la mort en chemin de fer

                             Élancés sur le rail où l'issue de secours 

                             Porte carcérale du paradis de l'enfer



                             Poussé pour partir incertain de revenir

                             Surtout si point de mire suscite à un tir

                             Lorsque la haine menace supprime la couleur

                             Et fait d'une race des assassins des tueurs

                             Toujours peur de mourir recevoir la blessure

                             Victimes, martyres, innocents de tortures

                             Le cri est fatal, et domine la douleur

                             Lorsqu'un corps par le mal s’essouffle et se meurt.



                              Détenu en conditions particulières

                              Pour toute identité, un nombre, un matricule

                              Dans cet intervalle de folie meurtrière

                              Où l'acte criminel exécute sans scrupules

                              Des milliers de gens à coups de tortionnaires 

                              Hommes femmes-enfants ne vivront pas d'autres crépuscules.



                              La vie demeure ne laisse que très peu d'espoir

                              Pour le condamné aux barreaux d'une prison

                              Quand un homme abuse de son pouvoir

                              Produits des fanatiques tueurs avec préméditation

                              Grande est la souffrance quand de s'apercevoir 

                              Que la chair humaine est cible pour canons.




                               Séparés déportés certains de ne plus revenir

                               Quand les regards se croisent pour la dernière fois

                               Que les larmes brûlent que les yeux font souffrir

                               Cruelle est la peine immense le désarroi

                               Pour des êtres qui s'aiment que l'on va désunir

                               Dans la tristesse et l'angoisse d'un adieu qu'on envoie

                               En un signe ou un cri qui va déjà mourir

                               Sur les rails de l'enfer prisonnier d'un convoi.




                                                                                                           M. PIERRON


Copyright © M. Pierron

certificat : 000568365

                                         



                                               




                                                


                                             
                                    












                                                                   
                                     
                                     

        

1 commentaire:

Christian Bailly a dit…

Un superbe écrit sur un sujet grave
abordé avec respect...
Merci pour ce partage...
Merci de m'expliquer pourquoi ton poème a été retiré de Univers de la poésie France...
J'aimerais comprendre qui décide quoi et en référence à quoi...
Par avance merci pour ta réponse
et encore merci pour ce superbe texte à réfléchir.
Amitiés
Christian