samedi 30 mars 2013

LA MER








                               La mer vient caresser le rivage

                               Et ses flots unis d'infinis

                               Bavent l'écume en naufrage

                               Sur la grève de sable en son lit.



                               Napée de bleu ourlée d'argent

                               Vaste désert absolu d'eau

                               La mer salive sous l'effet du vent

                               Une nacre en reflets de cristaux.



                               Tel, un voyage jamais conquis

                                La mer s'avance et se retire

                                Elle laisse dans son repli

                                L'emprunte du flot qui expire.



                                La nymphe ondule l'opalescence

                                Que le remous d'être convulsif

                                Excelle la vague d'effervescence

                                Jusqu'à gifler l'obstacle de récif.



                                L'harmonie de deux univers

                                Semble épouser l'horizon

                                Le ciel échouant à son éther 

                                Sur la mer en son expansion.



                                Les yeux plongés sur son berceau

                                Mon regard chérit à la glorifier

                                Les pieds jusqu'au seuil de l'eau

                                La mer mouillant mes souliers.



                                                                                      M  PIERRON

                              



Aucun commentaire: