vendredi 29 mars 2013

LE MANOIR PERDU



                                        Dans le temps passé insolite et austère

                                        Je me souviens un soir brouillé de nuit

                                        Aux reflets farouches d'une lune entière

                                        Entre solitude et forêt assombrie

                                        Le pas flâneur en sentier de terre

                                        Parcourir ces lieux vides de bruits.



                                       Mon désir ne fut-il pas ingénu

                                       Oser l'angoisse épaisse et noire

                                       Pour régaler la curiosité de ma vue

                                       L'idée intruse d'explorer un manoir

                                       D'antan à nos jours demeurés perdu

                                       Habité d'abandon et de nonchaloir.



                                       Le voile avachit de l'obscurité

                                       Exacerbait l'ombre des cieux

                                       Abordant la cible de ma destinée

                                       J'embrassai du bout de mes yeux

                                       La silhouette glauque et désolée

                                       D'un manoir naguère fastueux.



                                       Seigneurie du passé fissurée d'oubli

                                       Aux murs de pierres lézardés du temps

                                       Archaïque, la somptuosité affaiblie

                                       Évoquait à l’écho de mon sentiment

                                       Qu'elle fut jadis dans une autre vie

                                       La bastille noble de ses habitants.



                                       Résignée en ces épais lieux boisés

                                       La léthargie étranglée de silence

                                       Sur la demeure si loin désertée

                                       Injuriée du temps nu de défense

                                       Offrait vétuste l'aspect effacé

                                       D'une âme ruinée sans existence.



                                        Sur l'étendue du feuillu végétal

                                        L'excentricité en pâle profusion

                                        Crachotait l'opacité automnale

                                        D'un pas de retour à la civilisation 

                                        Je quittai l'édifice monumental

                                        Du passé cossu au présent d'abandon.



                                                                                             M  PIERRON




Copyright © M. Pierron 




4 commentaires:

Sandra Ménard a dit…

Très très beau poème. Bien écrit, excellent propos.

Mi. Robi a dit…

Magnifique poème sur ces manoirs anciens et intrigants.Bravo Michel toujours aussi agréable te lire.Bonne soirée.

Danielle DROUET a dit…

j'adore ces mots qui nous transporte dans le passé avec ce manoir intrigants et l'ont te suis pas a pas . Michel toujours un plaisir de te lire bravo j'adore

morgane leroux a dit…

Tu me surprends à chaque mot, habituée à lire de toi, d'autres sujets, j'apprécie beaucoup ce "Manoir Perdu" tu le décris si bien ! chaque mot est une photo !!! avec en plus la beauté de tes rimes....j'ai adoré Michel !