dimanche 17 mars 2013

LE SANS ABRI




                                 Assis sur un sol de pierres

                                 Le regard vide la main tendue

                                 Immobile des heures entières

                                 Méprisé prisonnier de la rue

                                 Il repousse chaque instant la misère

                                 D'une aumône mettant son coeur à nu.



                                 Rattrapé par le souvenir d'un passé

                                 D'une vie aux rêves les plus fous

                                 Il a succombé d'un amour brisé

                                 Au quotidien qui tient à un sou

                                 Dans un univers où la mendicité

                                 Prime au-dessus de tout.



                                 La main modeste ,quelquefois, se replie

                                 La générosité d'une âme charitable

                                 Sur son visage étique et assombri

                                 Laisse échapper à cet instant agréable

                                 Un sourire en signe de merci

                                 Pour un sou tout est acceptable.



                                 Fidèle à son espace toujours présent

                                 Soumis aux caprices des saisons

                                 Sa main se ferme sa main se tend

                                 Une survie sans pitié sans pardon

                                 Pour l'homme que la rue de tous les temps

                                 Abrite sous les porches ou les ponts.



                                                                                          M  PIERRON



Copyright © M. Pierron

certificat 000568365

Aucun commentaire: