lundi 18 mars 2013

VICTORIA EMILIE








                             Petit cœur qui bat dans un ventre rond

                             Plongé dans la lymphe, tu vis déjà

                             Par le premier signe de la création

                             Petit corps qui vit par un cœur qui bat

                             La nature progresse impose sa loi

                             Au sein d'un espace dans une position

                             Immense, la place ici préparée pour toi.



                             Poussée de l'ombre vers la lumière

                             Tu apparais, c'est ton premier jour

                             Sans un point sans un seul repère

                             Tu perçois le bruit qui t'entoure

                             Prends le souffle de notre atmosphère

                             Tu échanges un sanglot très court

                             Contre ta première bouffée d'air.



                             Petit bout de flamme dans la somnolence

                             Bercée dans le calme et par la douceur

                             De bras maternels diffusant en silence

                             L'union solennelle tendresse et chaleur

                             Petit bout de larme qui supplie la pitance

                             En son, tu réclames l'énergie vitale

                             Un coulis de miel, une tiède substance

                             Absorbant l'essentiel en succions infernales.



                             Passée de l'ombre à la lumière

                             Tu apprivoises la nuit et le jour

                             Avec soin, tu prends tes repères

                             Et perçois les formes tout autour

                             Dépendante de cet univers

                             Tu consommes déjà le parcours

                             De la vie consentie sur terre.



                              Petit bout de soleil qui s'épanouit

                              Même si le sommeil fuse le néant

                              Tu exprimes ton réveil heureux gazouillis

                              Les mains vers le ciel, les yeux souriants

                              Petit bout de tendresse petit bout de ma vie

                              Que longue soit la caresse, nombreux tes printemps

                              Que règne en richesse aux confins de ce paradis

                              Le bonheur sans cesse sous le toit de ton firmament.



                                                                                                  M  PIERRON


Copyright © M. Pierron

certificat 000568365


Aucun commentaire: