mardi 2 avril 2013

ARROGANCE CHARNELLE

   


                                       L'arrogante au pli en tenue légère

                                       Épousées de courbes justes et rebelles

                                       A ses reins et leur chute outrancière

                                       Ose féminin sa volupté sensuelle

                                       Suscitant le désir et sa beauté singulière

                                       A l’œil viril usant son argutie charnelle.



                                       L'extravagante en demi -Effeuillage

                                       De ses jambes habillées de résille

                                       Aux jarretelles retenues en otage

                                       Rehaussée sur ses talons aiguilles

                                       Offre à ces mains câlines et sauvages

                                       Son intimité entière qu'elles déshabillent.



                                       Psalmodie au feu des plaisirs

                                       Et la pointe de ses seins tendus

                                       A la bouche qui les fait frémir

                                       Emmiellée dans la douce vertu

                                       Elle donne en ultime soupir

                                       A son amant l'intégral de son nu .



                                       Dans une chambre au milieu d'un lit

                                       Les cuisses hautes et conquérantes

                                       Cambrée, la tête à l'avant du roulis

                                       A l'afflux de flatteries abondantes

                                       Elle s'enivre du baiser qui unit

                                       Ses lèvres à la langue assaillante.



                                       En l'instant caressé de douceur

                                       Renversée sur la couche drapée

                                       Son râle brûlant écrié de chaleur

                                       Au masculin jusqu'en sa féminité

                                       Glorifie en son corps et son coeur

                                       La quintessence du délire éprouvé.


                                                                  M PIERRON 






  

1 commentaire:

CHRISTIAN BAILLY a dit…

Merci à toi poète de l'amour !