mardi 9 juillet 2013

REGRETS



                                    Les repentis flagellent le vide de silence

                                    Quand la pensée jetée dans la mémoire

                                    Va s'enrouler autour de la conscience

                                    L'angoisse se souléve et fuit le désespoir.



                                    Un rêve étendu sur les sentiments parfois

                                    Pris jusque dans le berceau de la raison

                                    Va dans l'amertume ou va dans la joie

                                    Sur le sentier du temps mûrir l'imagination.



                                    Le front s'incline sur des jours disparus

                                    Tel, un passage par où la vie s'enfuit

                                    Au regard tendre que l'on ne verra plus

                                    A jamais et dont l'amour en fut le fruit.



                                     Charme du passé impossible retour

                                     En soirs l'ombre et matins d'éclats

                                     Chaque souvenir fait son parcours

                                     L'émotion se tord le désir s'en va.



                                     L'esprit tourmenté de vains pleurs

                                     Geint, le langage interdit de remords

                                     Quand la nostalgie se vêt en bonheur

                                     Le regret de chagrin subsiste encore.



                                                                      M . PIERRON