jeudi 1 août 2013

LA MAISON ABANDONNEE








                             Des volets mi-clos et ses mûrs de pierre

                             La masure vétuste est fissurée de silence

                             La muraille essoufflée envahie par le lierre

                             S'étouffe de solitude se meurt d'indifférence.



                             Son visage, quelques fenêtres jadis si jolies

                             Respirait le charme d'une noble demeure

                             Et sa porte cochère sous le balcon fleuri

                             S'ouvrait ne laissant s'échapper le bonheur.



                             Sous ses pans avachis outragés par les ans

                             Elle a d'antan connu des éclats de joie

                             En soirées d'hiver ou soleils couchants

                             Mais jamais la chaleur ne quittait son toit.



                             L'aube du passé en bruit d'eau sa rengaine

                             Offrait folâtre en chapelets de clapotis

                             D'un filet chutant le chant d'une fontaine

                             Qui s'est tu d'être resté si loin dans l'oubli.



                             Effacée à l'issue d'un chemin forestier

                             Elle apparaît libre derrière des buissons

                             Au milieu d'un parc emparé de ronciers

                             Sa charpente souffre d'un cruel abandon.



                             Un portail austère oxydé crisse son fer

                             Quand on l'ouvre si longtemps fermé

                             Et d'être le gardien de ce lopin de terre

                             Qui fut autrefois jardin fleuri et parfumé.



                             Oblique allée de grands aulnes en bordure

                             Leurs feuilles fripées sèches sur le caillou sale

                             Dissimulent un pavé prisonnier de verdure

                             Aboutissant sur un parvis de granite pâle.



                             La porte close repose sur ses gonds engourdis

                             Et la solitude a bloqué les charnières

                             Immobile et condamnée à garder aujourd'hui

                             Les souvenirs illustres d'un passé d'hier.



                                                               M PIERRON









                           

2 commentaires:

Danielle DROUET a dit…

magnifique poème plein de douceur, de tristesse sur cette maison ancienne pleine d vie d'autan et voilà triste et abandonné ces mots sont magnifiques merci a toi Michel ton amie

morgane leroux a dit…

Plein de nostalgie dans tes mots, mais moi je crois qu'elle aime aujourd'hui son état, comme les humains à la fin de leur vie, gouttent leur retraite, elle se laisse gagner par les ronces et les herbes qu'elle n'a plus envie de combattre !!!
En tout cas joli poème, la maison a du verser une petite larme en le lisant !!!
Bisoous Michel