dimanche 8 mars 2015

SAISONS EN PROSE






                                 Mes vers tanguent sur les saisons

                                 Trébuchant sur les mois du temps 

                                 Et la rime en éclats d'émotions

                                 Soupire l'an ses doux gémissements.


                                 Ma strophe ainsi sur les feuilles mortes

                                 Griffonne dans les frimas de l'automne

                                 Et leurs sanglots à mes mots rapportent

                                 L'écho d'une longue période monotone.


                                 Froide pesanteur l'hiver âpre et gelé

                                 Recouvre le thème de ma composition

                                 Ma stance frileuse sur le papier glacé

                                 Glisse silencieuse, va mon inspiration. 


                                 Dans les tièdes haleines d'aubes claires

                                 Que les aurores charment ma romance

                                 Quand le printemps postillonne dans l'air

                                 Ma prose fleurie à la vive renaissance.


                                 Par les bois jolis d'ombre et de verdure

                                 Juin suffoque sous l'averse de lumière

                                 Ses vapeurs chaudes aux reflets d'azur

                                 Réchauffent mon âme romancière.



                                                                     M PIERRON

            


                  Copyright © M. Pierron

                         certificat :  000568365      

                                 

4 commentaires:

flipperine a dit…

un très joli poème et vive les beaux jours

Dominique Brené a dit…

Toujours de jolis mots sur cette belle Dame qui s'appelle Nature !

Christine Domenge a dit…

Vraiment très beau !

Danielle DROUET a dit…

très merveilleux mots pour d écrire la nature toujours aussi poétique et remplie de douceur merci à toi Michel