jeudi 14 mars 2013

CRUAUTÉ FATALE





                                  Quelle angoisse pour la vie

                                  Qui sombre et appelle au secours

                                  Lorsqu'en filament la maladie

                                  A tissé sa toile au jour le jour

                                  Dans un corps faible et meurtri

                                  Ne laissant plus aucun recours.


           

                                  Quelle souffrance pour celui qui apprend

                                  Ayant lutté en vue d'une guérison

                                  Que le combat mené s'est révélé perdant 

                                  Et que la chaire envahie de lésions

                                  N'exprime plus l'espoir de prolonger le temps

                                  Pour une issue vers d'autres horizons.


                                          

                                  Quel désespoir lorsque la vie s’effondre

                                  Diminué par le mal à être condamné

                                  De ne plus recevoir ne plus répondre

                                  A tous ses chers ses êtres bien-aimés

                                  Et de savoir ne plus jamais se confondre

                                  Dans ce monde de vivants et de réalités.



                                          

                                  Immense solitude, l'humain en perdition

                                  Qui supplie demande la délivrance

                                  Et qui garde avant l'ultime séparation

                                  Une volonté face à une impuissance

                                  Derrière une cruauté sans pardon

                                  D'un cancer qui l'ensevelit en l'éternel silence.



                                                                                                  M  PIERRON



Copyright © M. Pierron

certificat : 000568365



                                   




                                  


2 commentaires:

lucienne.daeninckx a dit…

J'aime beaucoup ce poème

Anonyme a dit…

Magnifique ce texte Michel oui quel dure réalité de la vie.
Bonne journée et merci pour ce beau partage.