dimanche 31 mars 2013

LA ROTURIÈRE DE RUE





                                   Lèvres maquillées fard en paupières

                                   Elle marchait dans la ville endormie

                                   Bravant le pavé la cadence légère

                                   Sur le boulevard étouffé par la nuit

                                   Suggestive, d'allure et de manière.



                                   Elle musardait le long du trottoir

                                   Exerçant des regards racoleurs

                                   Usant ses formes sous son caban noire

                                   Les pas perdus en l'infini des heures

                                   Espérant l'aimant qui saurait la voir.



                                  La roturière espiègle et rebelle

                                  Émoustillait sa silhouette feminine 

                                  Provocante, parfois exhibait la dentelle

                                  De ses dessous rehaussés de soie fine

                                  A l'appel d'une connection charnelle.



                                  Fidèle stratégie en jeu séducteur

                                  Galbées de jambes fines et infinies

                                  Sa jupe courte excellait d'impudeur

                                  Sur ses courbes vertigineuses en défi

                                  A la lubricité d'un chaland prédateur.


                                  Prise au piège dans l'absolue obscurité

                                  Sous un réverbère endeuillé de lumière

                                  L'impertinente sous les yeux régalés

                                  D'un fervent invitant cette dernière

                                  A inonder son plaisir en contre payer.


                                                                     M  PIERRON 





2 commentaires:

morgane leroux a dit…

Regard pertinent et juste !
J'ai beaucoup aimé te lire !!!
Gros bisous Michel

CHRISTIAN BAILLY a dit…

un bel hommage poétique à ces dames de la nuit chassées de nos villes par l'hypocrisie de notre société hypocrite
Merci cher poète
Amitiés