jeudi 14 mars 2013

REGARD








     

                                          Comme une aurore qui se lève 

                                          De son frais satin de peau

                                          A ce front gracieux qui s’élève

                                          Son visage pur est si beau.


     

                                          A l'ombre sous ses paupières

                                          Mi-clos se tait le regard

                                          Aux yeux influés de lumière

                                          Ô Dieu que ses perles sont rares.



                                          Fraternelles suprêmes voluptés

                                          Tel ,un confit humble de paire

                                          A ses lèvres fines alignées

                                           Le désir est un point de repère.




                                          Comme une fleur embaumée

                                          Douce beauté bannie éphémère 

                                          Je respire ton parfum sucré

                                          Ô Dieu que cette âme m'est chère.


                                                                                              M  PIERRON



Copyright © M. Pierron

certificat : 000568365


      
      

     

    

2 commentaires:

Armelle Barguillet a dit…

Un joli poème. Plein de tendresse et d'émerveillement.

Danielle Dupre a dit…

poèmes et musique une petite merveille de tendresse , de douceur et d'amour