mercredi 10 avril 2013

MAISON CLOSE



                                   La porte d'un cloître impudique

                                   Sur les mœurs la gente régale

                                   Ouvre les désirs pathétiques

                                   A mes sens d'amant triomphal.



                                   Tel, un étau compressé de courtoisie 

                                   Dans un bordel feutré de contres jours

                                   Un rempart charnel m'ose en défit

                                   La cuisse haute, la dentelle autour.



                                   Fugace influence ses courbes en caprices

                                   Éclaboussent d'avidité mon regard

                                   Torturant mon désir l'Âme séductrice

                                   Jette l'émotion dans notre jeu de hasard.



                                   La rousse juvénile le pas devançant

                                   M'agace la fesse douce et dévêtue

                                   Un grand escalier le pied montant

                                   Me conduit dans son lit inconnu.



                                   La douce effeuillée prend ma main

                                   Son sein fleurissant nu me respire

                                   Jusqu'à chevaucher mon destin

                                   Et goinfrer ma soumission de plaisir.



                                                                              M  PIERRON



3 commentaires:

jean-françois de neck a dit…

Magnifique d'érotisme tout en subtilités ... j'adore !

Christian BAILLY a dit…

ou comment parler tout en finesse de ce sanctuaire des amours du temps passé...
un très bel écrit !

Danielle DROUET a dit…

très bien écrit avec des mots magnifique d’érotisme tous en finesse j'adore merci a toi MICHEL