samedi 13 avril 2013

NOCTURNE





                                 Le voile obscur étouffe l'horizon

                                 Et l'éclat de ciel déchiré en lambeaux

                                 Fuit le jour qui sombre moribond

                                 Évincé par un nocturne nouveau.



                                 L'ombre retentit à l'écho du silence

                                 Et la nuit jusqu'à se vautrer par terre

                                 Clos, la lumière de son incandescence

                                 Les cieux ténébreux noircissant la terre.



                                 Le rebord du ciel aux lueurs d'argent

                                 Étincelle d'étoiles l'océan de nuit

                                 Et la lune d'or offre son croissant

                                 Luisant de lueur le monde endormi.



                                 L'obscurité déshabille le nocturne

                                 Les ténèbres s’effondrent et reculent 

                                 Et l'immensité d'être noire taciturne

                                 Se fissure dans la clarté du crépuscule.


                                                               M PIERRON 



                                  



1 commentaire:

Danielle Dupre a dit…

ton poème est très beau sur l obsur,tes mots sont splendides pour exprimer ces ressentiments de lumière ton amie Antoinette