jeudi 17 octobre 2013

AUDACE DES SENS



                                     Elle l'embrasse d'un regard impertinent

                                     Laissant son instinct s'empiffrer de désir

                                     Et le baiser doux sur sa lèvre qu'elle tend

                                     Jette en sa pensée la chaleur d'un plaisir.



                                      L'agonie du jour obscurcit son visage

                                      Dans un mansardé, une table et un lit

                                      L'audacieuse échoue en demi-effeuillage

                                      Offrant les courbes de son corps en délit.



                                       Ravie et cambrée au bord de la couche

                                       Espérant que la chaude main forte

                                       Use sa bonté que ses doigts la touchent

                                       En jeu folâtre que la fébrilité l'emporte.



                                       Le breuvage de ces suprêmes intentions

                                       Sublimant la volupté de sa cuisse fuyante

                                       Afin que flambant l'amour glisse son giron

                                       Et que son festin soit de caresses délirantes.



                                       Dans ce labirynthe unit de tendres vertus

                                       La fragilité de son pâle sein frémissant

                                       Hurle de désir en pointes dures et tendues

                                       Sous une langue folle aux effets butinant.



                                       Éclose telle une âme dévêtue et captive

                                       L'orage chaud tance à sa douce nudité

                                       Renversant l'envie du délire qui salive

                                       Sur les heurts de l'extase déjà écoulés.



                                       La beauté indolente s'assied sur son rêve

                                       Gavée de caresses et de frissons aussi 

                                       L'émoi habille le silence qui se lève

                                       La paupière mi-close et l’œil dans l'infini.



                                                                                   M PIERRON

  Copyright © M. Pierron 

  certificat : 000568365                               

2 commentaires:

Cath P a dit…

un érotisme à fleur de peau !

Danielle DROUET a dit…

magnifique ce poème érotique de la découverte de l'amour tes mots sont magnifiques de sensualités et de douceurs j'adore merci a toi