samedi 2 novembre 2013

LE JOUR DE LA TOUSSAINT




                                     Novembre humide le long du mur de pierre

                                     Ce lieu de silence parmi les stèles et les croix

                                     Je vais le pas recueilli sur l'allée du cimetière

                                     Où nous marchions bien souvent autrefois.



                                     L'âme torturée les bras remplis de fleurs

                                     Humble, je viens dans l'infini de ton repos

                                     Déposer sur le marbre en brin de douceur

                                     Des chrysanthèmes et une bruyère en pot.



                                     La pensée engloutie dans les souvenirs

                                     Je me rapproche prés de toi maintenant

                                     Et même si le vide m'a volé ton sourire

                                     Je garde en moi les sentiments d'avant.



                                     Jamais de ce qui fut nous, rien ne revivra

                                     Mais tu es là, tu restes l'ombre de ma vie

                                     Tu es mon guide le pas de mon pas

                                      La douce blessure qui me déchire aussi.



                                      Je m'éloigne dans l'oeil le chagrin amer 

                                      Les bras vides, je t'ai apporté des fleurs

                                      Ma solitude referme le grand portail de fer

                                      Sur l'espace de ta dernière demeure.



                                                                                  M PIERRON



  Copyright © M. Pierron

5 commentaires:

Chantal Guilbert a dit…

C'est un beau poème très émouvant.
Merci Michel.
Amitiés
Chantal

Pouvez-vous vous mettre en rapport avec moi à l'adresse suivante :
labelouette@yahoo.fr

lapuce a dit…

Bonsoir à vous
Superbe est votre déclaration
Impossible que celle ci n'est pas transcendée la terre à l'approche de votre corps, le sien en son esprit
Perceptible à la lecture tout comme le suivi d'un cours métrage
Je vous souhaite le bonsoir Michel.

Jeannine Vaquié a dit…

Très beau poème et beaucoup de douceur aussi !

Christine Domenge a dit…

Très beau et émouvant. Mes amitiés Michel <3

Danielle DROUET a dit…

tes mots sont tristes, émouvants remplies de douceur bises Antoinette