dimanche 24 mars 2013

LE CHÊNE HETRE



                                Deux arbres par le fait du hasard

                                De souches fermement nées de terre

                                Épris, l'un de l'autre sans écart

                                Soudées par des années séculaires

                                Aux troncs adoptés qui s'emparent

                                Verticaux élancés dans les airs

                                Ni le temps, jamais, ne les sépare.


                               Comme un couple lié par la taille

                               Ils imposent orgueilleux et nature

                               Leur cuirasse écorcée sans écailles

                               A leur buste de noble envergure

                               Leur feuillage tel des éventails

                               En bouquets corolles vert de parure

                               Se conjuguent en feuilles fiançailles.


                               Outrecuidant dans le haut céleste

                               Leur cime absorbant la lumière

                               Oscille lorsque se manifeste

                               Le souffle d'une brise traversière

                               Harmonisant dans un même geste 

                               D'une cadence presque régulière

                               Leurs ramures feuillues et prestes.


                               Ils sont de leur taille colossale

                               Homogènes rois de ces lieux

                               Tel, deux seigneurs en végétal

                               A cet espace ombré silencieux

                               Ils règnent  "arbre monumental"

                               En duo imposant et ligneux

                               Dominant en sommet zénithal.


                               Des siècles d'une vie unifiée

                               Épousés de corps et de racines

                               Ils puisent en toute unanimité

                               La vitalité d'une sève opaline

                               Comme des amants dévoués

                               Ils se soutiennent et se câlinent

                               Mais rien ne saura les séparer.

                                                                    ( le chêne hêtre Bulgneville )

                                                                         M  PIERRON



Copyright © M. Pierron 




                                        

2 commentaires:

Christian BAILLY a dit…

la nature une fois de plus t'inspire des vers magnifiques

Sionie Cd a dit…

Bonjour,
Rien de plus beau que la nature pour nous inspirer a réaliser de belles choses
amitié
Sionie